02

***SPOILERS***


C'est quoi?

Un film de Super-slips des Studios Marvel.

Petit récapitulatif historique avant d'entrer dans le vif du sjet.

Pour mémoire, ceci est le second film de ce qui se nomme Phase 2. Avengers clôturant la première phase après que les studios Marvel aient présentés leurs poulains (IronMan, Captain, Thor et Hulk...), Iron Man 3 (qui fera l'objet d'un article sur ces pages) ouvrait les hostilités sur les événéments post-invasion Chitauri à New York.
Bien sûr, chaque film traite de son propre sujet, ce qui n'empêche pas d'avoir des liens entre eux.

Je n'avais vu de Thor: The Dark World qu'un simple teaser. Je me fais effectivement violence de voir le moins d'images possibles, trailers ou autre grouillant sur la Toile afin de conserver un maximum d'effet de surprises. Je dois avouer que de coté-là, je n'ai pas été déçu.

Sachant que cet opus était réalisé par Alan Taylor (à qui l'on doit quelques épisodes fameux de la série désormais culte "Game of Thrones"), j'étais en droit à m'attendre à des relations conflictuelles ainsi qu'à certains twists bien placés...


De quoi ça parle?

Après la tentative de son demi-frère Loki d'assiéger la Terre, Thor, le Prince Asgardien, ramène la paix dans les 9 royaumes dans les confins de l'univers. Sur une planète désolée et ravagée par une très vieille guerre, Malekith, un antique et puissant Elfe Noir autrefois vaincu par le père d'Odin lui-même, attend patiemment son heure.
Il faut dire qu'il a raté la Convergence, un alignement des 9 royaumes qui lui aurait permis au moyen d'une arme indestructible, l'Ether, de répandre à jamais la Nuit dans l'univers. Parce que son peuple vénère la nuit éternel. Ou qu'ils n'ont jamais payé une facture EDF, allez savoir.
Heureusement, Malekith peut compter sur les perturbations liées à une nouvelle Convergence, quelques 5000 ans plus tard (à une vache près, hein, c'est pas une science exacte...) qui va mettre un joyeux bordel.
Jane Foster, la bien-aimée de notre blondinet au marteau électrique, poursuis inlassablement ses recherches pour retrouver Thor. Ce qui va la conduire dans la cache de l'Ether, enfouit sur ordres du Roi Bor (le papa d'Odin, donc) et va s'en retrouver infectée... Et réactiver le vaisseau elfique, alors en stase (5000 ans de ronflements, tu m'étonnes...) ainsi que ses occupants, Malekith en tête, bien décidé d'en découdre avec les Asgardiens.
Thor est alors alerté par Heimdall, le Google Maps de l'univers dans une armure de StSeiya Myth Cloth du plus effet. Ce dernier ne la voit plus sur Terre tout en étant là. Le bug, quoi.
Ni une, ni deux, le beau Prince emmène la belle chez lui pour se défaire du mal qui la ronge, même si Papa de Toute Chose méprise les humains comme des chèvres (si, si...) et que Loki conspire encore et toujours pour conquérir le trône depuis sa cellule tout confort (merci maman Frigga d'avoir plaidé auprès d'Odin pour lui éviter une coupe bien dégagée derrière les oreilles...).

Pourquoi ça me parle?

Parce que le film se veut plus sombre (avec un titre comme Dark World, difficile de s'attendre à des néons partout) et poursuit une suite logique dans la chronologie des films Marvel;

Parce qu'Alan Taylor, entre deux coups de tonnerre, prend le temps de développer les relations entre persos, que ce soit la romance Thor-Jane, les conflits Thor-Loki et même Thor-Odin.
Chris Hemsworth est bon. Même si j'ai peur que ce rôle lui colle à la peau pour le reste de sa carrière. Joue rapidement autre chose Chris. Fais comme l'ami Brad, casse ton image de gueule d'ange blond!! Natalie Portman est insipide au possible: je n'ai pas cru une seconde à leur romance et c'est vraiment dommage. A moins que ce ne soit le fait que l'actrice ne veuille plus participer à la franchise Marvel?
Anthony Hopkins, toujours fidèle à lui-même est toujours aussi resplendissant en Odin. Même si par de très courts instants, on sent un coup de fatigue^^ Mentions spéciales à Christopher Eccleston en Malekith, très convaicant en Elfe Noir, même si son perso aurait mérité deux-trois scènes supplémentaires pour développer un peu plus que le simple "je suis méchant et je veux qu'on me rende mon jouet Agreugreuu!!!" et à Tom Hiddleston qui fait -ENFIN!!!- un Loki moins grand-guignolesque et plus dans la nuance (excepté la scène d'évasion où il se lâche carrément);
Le gros moins: le changement d'acteur pour Fandral. Visiblement retenu pour Once Upon a Time, Johua Dallas a été remplacé au pied levé par Zachary Levi... Qui ne lui ressemble pas!!! O.o

Parce qu'on peut y trouver des références à Dr Who (merci Christopher?), du look des soldats avec leur masque pro-Cybermen elfique au lieu où se déroule la scène finale (coïncidence? ... ... NAAAAAAAAAAAAAAAAAAN...);

Parce que des indices fourmillent un peu partout sur le futur possible de l'univers de Thor en particulier et de Marvel en général (les bribes du vaisseau de Malekith -ramassé par le SHIELD dans la série??- pourrait devenir le SWORD: Fantasme du fan, oui oui)

03



En bref...

Je suis ressorti de la projection de Thor: The Dark World, amusé, mais pas transcendé. La faute à un montage parfois mou (surtout le dernier tiers)?
Il poursuit cependant la phase 2 de Marvel avec un simple cahier des chages de blockbuster rempli comme il se doit. Dommage qu'il n'y ai pas eu une petite pointe d'audace qui aurait permis au film de gagner quelques galons à ce second volet.
Même si les scène bonus "mid-générique" ET post-générique donnent VRAIMENT envie d'en savoir plus (Benicio Del Toro? Sérieux? J'aurais vu Jurgen Prochnov, voir Terrence Stamp tant qu'à faire...)